Darwin

Une victoire indéniable

L’environnement est en mutation permanente, du fait de l’expansion de l’univers tout d’abord mais aussi du fait de la pression des organismes vivants qui le avec l'aimable autorisation de Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.netpeuplent. Tout organisme vivant ne peut vivre qu’en symbiose avec le milieu dans lequel il évolue. Il prospère ou régresse en fonction de ses qualités d’adaptation. Un organisme vivant qui serait tout à coup privé de sa faculté d’évolution serait à plus ou moins long terme voué à disparaître.

Parmi tous les organismes vivants qui peuplent notre monde, il est indéniable que l’homme moderne exerce une pression énorme sur les milieux qu’il habite, accélérant ainsi leur mutation. Mais comme il est capable de déchiffrer toutes les interactions générées, l’homme est à même de concevoir les parades à mettre en œuvre pour se protéger des effets pervers prévisibles. Ses capacités cognitives font en effet de l’humanité,  la seule espèce capable d’ériger des remparts pour se protéger des effets nuisibles, avant même d’en avoir ressenti la morsure. Cette suprématie est une conquête dont nous ne pouvons que tirer honneur, elle présente cependant à mes yeux un risque majeur. C’est qu’en protégeant les individus d’effets néfastes, elle prive l’espèce de ses facultés d’évolution, conformément aux règles de la sélection naturelle révélées par DARWIN au début du 19ème siècle.

 Le prix a payer

Ces derniers siècles, l’homme moderne s’est hissé au sommet de la pyramide. Sa pharmacopée et ses techniques lui permettent aujourd’hui de repousser la plupart des causes de mortalités qui affectent le reste du vivant. Tout individu qui naît aujourd’hui dans un pays développé a une  forte probabilité d’atteindre l’âge adulte et donc d’avoir une descendance. Pour notre bonheur, la mortalité infantile est aujourd’hui réduite à la portion congrue. De ce fait, dans nos sociétés modernes, chaque femme met au monde en moyenne un peu moins de deux enfants. Chaque petite famille s’efforce de compenser la quantité par la qualité. Nos enfants sont choyés et s’épanouissent  dans un monde où chacun s’efforce de les protéger des dangers connus. L’homme maîtrise aussi bien son environnement que sa procréation. Dorénavant les faibles procréent autant que les forts. Il n’y a plus de sélection naturelle.

 Un choix d’avenir 

 Il n’est pas ici question de réclamer un retour  en arrière de quelques siècles pour soumettre à nouveau l’homme moderne à la sélection naturelle. Cela serait inconvenant et inconcevable. Il s’agit simplement de faire le constat qui s’impose et tenter d’imaginer  qu’elles en seront à terme les conséquences.

L’homme a maintenant pris conscience de sa responsabilité dans l’accélération des mutations écologiques. Il a commencé à prendre quelques mesures pour limiter son empreinte environnementale. Malheureusement, le nombre d’humains ne cessant de croître pour bientôt atteindre les neuf milliards d’individus, il est peu probable de voir le phénomène ralentir.

En s’affranchissant des lois de la sélection naturelle, l’humanité s’est irrémédiablement engagée dans une voie à part et tout retour en arrière lui est désormais interdit.

Deux options s’offrent désormais à nous : soit l’homme moderne multiplie les remparts pour se protéger de environnement qui lui sera de plus en plus hostile, soit il  s’autorise à des manipulations du génome humain de façon à doter chaque nouvelle génération d’un patrimoine génétique adapté à l’environnement qui sera le sien.

2 réflexions au sujet de « Darwin »

    • Bonjour W
      Ta remarque est tout à fait justifiée, mais mon constat concerne seulement l’homme des pays développés. L’homme africain est encore soumis aux règles de la sélection naturelle.
      Serge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s