Démocratie

Président de père en fils

La probabilité qu’un fils succède à son père à la tête d’une nation démocratique est  http://www.freedigitalphotos.net http://www.freedigitalphotos.net/images/Other_Government_Pub_g317-US_Presidential_2012_Election_p98925.htmlinfinitésimale, et pourtant cela est arrivé aux Etats Unis, où George W BUSH a succédé à son père, huit ans après que ce dernier ait quitté la fonction. Cela m’amène à m’interroger sur ce mode de gouvernance. Le Peuple est-il bien aussi souverain qu’on le prétend ? N’est-il pas honteusement manipulé ?

Devons-nous, comme W. CHURCHILL, dire que « La démocratie est le pire système de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l’histoire » ?

 Un système sous influence

Bien entendu, la Démocratie fait au Peuple un sort bien plus enviable que les autres régimes connus. Cependant, dire que le Peuple est souverain est sûrement exagéré. Le Peuple est appelé à faire son choix parmi un panel de citoyens dits éligibles, adoubés par des groupes de pression. Le fait qu’un choix préalable ait déjà eu lieu reste encore acceptable si ce choix émane de partis politiques. Car on peut admettre que les partis politiques soient la représentation du Peuple. Il en va différemment si le choix se fait sous la pression du lobbying économique.

La formule « un électeur une voix » perd un peu de son aura dans ce constat.

Mais le mal ne s’arrête pas là,  car tout au long de son mandat, le représentant du Peuple reste sous la pression des lobbyistes qui ont su gagner leurs lettres de noblesse, et agissent désormais au grand jour. Pourtant, le lobbying est contre-nature en démocratie. Comment concevoir en effet, que, dans un premier temps, le peuple choisisse  ses représentants de façon  égalitaire et universelle, et accepte ensuite que dans l’exercice de son mandat, l’élu soit soumis à des pressions partisanes. Laisser le lobbyisme économique s’enraciner au sein d’une Démocratie, c’est en accepter la corruption. Vue sous cet éclairage, la Démocratie est plus proche du marché de dupes que de la définition d’Abraham LINCOLN : « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

On peut  même imaginer qu’un jour, au sein d’une Démocratie corrompue, les Lobbyistes soient assez sûrs de leur force  pour se désintéresser des élections, se contentant de jouer de leur influence une fois le choix du Peuple effectué. « Élisez qui vous voulez, c’est nous qui déciderons de l’orientation politique ! »  Tout l’art des élus consistera alors à justifier les décisions prises pour donner au Peuple l’illusion qu’elles s’inscrivent dans une politique globale menée pour son bien.  Mais cette vision n’est peut-être que le fruit de mon imagination.

 Des réformes impossibles

Pour redonner au Peuple le pouvoir qu’il a perdu au fil du temps, plusieurs aménagements seraient envisageables, comme par exemple :

–       Décréter que le lobbyisme est hors la loi.

–     Faciliter l’organisation de référendums et donner aux décisions ainsi prises force de loi.

Mais un autre travers de la Démocratie, et non des moindres, fait que cela est impossible. Car une fois la Démocratie corrompue, les réformes ne peuvent aboutir si elles sont contraires aux groupes de pression les plus influents. Il est en effet  facile de comprendre que les vrais détenteurs du pouvoir vont s’opposer à des décisions qui leur sont défavorables.

Une solution existe peut être, je vous en parlerai dans un prochain article.

2 réflexions au sujet de « Démocratie »

  1. L’idée de mettre les lobbyistes hors la loi pose un problème : qui écrira nos lois demain ? La loi aujourd’hui rentre tellement dans des détails techniques qu’elle ne peut pas être écrite par nos députés sans l’aide importante « d’experts » (souvent rémunérés par les groupes de pression). Ainsi, je connais certaines filières industrielles qui s’acharnent année après année à rendre la législation plus complexe et plus dure dans leur domaine pour interdire l’accès à leur marché à de nouvelles sociétés. Et derrière, on fait croire au citoyen que c’est pour mieux le protéger.
    Sans doute qu’une partie de la solution serait de simplifier les lois pour revenir à l’essence des choses : une règle pour vivre ensemble.
    Car au-delà du problème des lobbyistes, c’est aussi le peuple qu’on dépossède en écrivant des textes de lois si nombreux et si techniques.

  2. Je suis bien d’accord qu’il faudrait simplifier les lois, alors qu’on ne fait que rajouter des couches sur des couches, et que cela fini par devenir incompréhensible pour le non initié.
    Ceci dit on pourrait imaginer un système où le législateur, libéré du cumul des mandats et de la pression des lobbyistes, puisse consacrer du temps à l’élaboration des lois en s’entourant de commissions et de consultants. Cela aurait certes un cout mais le lobbying a bien un coût indirect pour la société.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s