Le rêve américain


La  tentation des nouveaux riches

<a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

Dans les pays émergeants, qui flirtent avec des croissances de 10%, une tranche de population de plusieurs dizaines de millions d’individus découvre chaque année les joies du matérialisme. Pour ces nouveaux venus dans le temple de la consommation, les pays développés en général, et la société américaine en particulier, apparaissent comme le seul but à atteindre. Les industriels, à grand renfort de publicité, font tout pour conforter les nouveaux riches dans cette voie. Et étant les seuls à leur tenir un discours, ils n’ont guère d’effort à faire. 

Une impasse sur le long terme

Laisser croire aux populations des pays émergeants qu’ils pourront atteindre le niveau de consommation actuel des pays développés et les inciter à s’engager dans cette voie, n’est pas une honnête chose. Le dire n’est pas chose aisée non plus, car  notre conscience se trouve en position inconfortable. De ce fait, les voix qui devraient se faire entendre préfèrent se taire, estimant sans doute qu’une catastrophe dont on ne parle pas n’a pas d’existence réelle.

Pour prendre la mesure du problème, rien de mieux qu’un exemple chiffré :

Aujourd’hui, aux USA, on compte  627 voitures pour 1000 habitants, ce qui compte tenu d’une population d’environ 320 millions d’habitants, nous donne un parc global de prés de 200 millions de voitures.

En Chine, le nombre de voitures pour mille habitants n’est actuellement que de 44 et il est de 12 en Inde ce qui, pour une population de 2.5 milliards d’habitants pour ces deux pays réunis, nous donne un parc global de 75 millions de voitures. Soit près de 3 fois moins que le parc américain.

Imaginons maintenant que, dans quelques années, tout au plus dans quelques décennies, l’Inde et la Chine atteignent le taux américain de 627 voitures pour 1000 habitants. Leur parc global serait alors de 1.5 milliard de voitures, soit presque 8 fois le parc américain actuel. Cette perspective est impossible car ces voitures ne serviraient à rien, elles seraient tout bonnement prises dans un embouteillage permanent.

 Éveiller les consciences

Bien sûr, les grandes firmes commerciales se réjouissent aujourd’hui des perspectives de développement offertes par ces nouveaux marchés. Et le court terme va leur donner raison, tant il est vrai qu’à court terme tout le monde y trouve son compte. Les industriels y trouvent un marché prometteur, l’état y trouve des ressources fiscales et le nouveau riche y acquiert satisfaction et  reconnaissance. Mais combien de temps encore ?

Espérer qu’un discours fort, porté par des leaders charismatiques, va bientôt se faire entendre et convaincre à temps les peuples de s’amender, est une solution de facilité derrière laquelle la majorité d’entre nous se réfugie plus ou moins consciemment. Elle offre l’avantage de nous donner bonne conscience, mais c’est une utopie qui ne se réalisera pas. Car tenir ce discours ne sera pas chose facile.

A mes yeux, la seule voie honorable, qui puisse se recommander d’une certaine honnêteté intellectuelle, consiste à tenter d’éveiller le maximum de consciences pour qu’elles prennent à temps toute la mesure du problème. Il y a certes peu d’espoir que cette démarche empêche un jour de se retrouver au pied du mur, mais ces consciences éclairées seront à ce moment-là bien utiles pour envisager la situation avec un recul suffisant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s